Menu icoMenu232White icoCross32White
<
>

Le 22 octobre à Strasbourg : Mobilisez-vous pour une agriculture saine, durable et juste !

 

Avant l’entrée en fonction de la nouvelle Commission européenne, la plateforme Pour une autre PAC, qui réunit près de 40 organisations paysannes et citoyennes, dont la Fondation Nicolas Hulot, organise, le 22 octobre 2019 à Strasbourg, une grande mobilisation devant le Parlement européen. Cette action est menée en duo avec les organisations allemandes réunies, comme en France, dans la plateforme Wir Haben Es Satt  ! Objectif de cette mobilisation citoyenne du 22 octobre ? réclamer la transformation de l'agriculture européenne en un modèle juste, sain et durable, au bénéfice de toutes et tous. Tout simplement… Mobilisez-vous à cette occasion !

Se rassembler devant le Parlement Européen le 22 octobre pour exiger une autre répartition des subventions agricoles.

Créée en 1962, la politique agricole commune représente 40% du budget total de l’UE. Par les systèmes agricoles qu’elle privilégie en les subventionnant, la PAC est une politique publique qui nous touche tous directement. Elle influence ce que nous trouvons dans et autour de nos champs, dans nos assiettes et celles de nos enfants, elle influence aussi les agriculteurs et le type d’agriculture qu’ils pratiquent. La PAC représente un budget de 114 euros par an par citoyen de l’Union (2). La France est de loin l'Etat membre qui perçoit le plus d'aides, avec près de 9 milliards d'euros chaque année. 

Le système agricole et alimentaire européen est en crise par de nombreux aspects (paysans, environnement, mangeurs). La réforme de la PAC en cours de négociation est une opportunité incontournable pour s'atteler à ces problèmes. Se rassembler devant le Parlement Européen est l’occasion de dire à nos politiques que nous, citoyens et paysans, refusons que perdure le statu quo et exigeons que les solutions existantes soient écoutées, mises en œuvre et développées.

Où se rassembler :

• Mardi 22 octobre 2019 
• Rendez-vous dès 10h, place de l’Université
• Départ de l’agroparade à 11 h, Place de l’Université, Strasbourg

Pesticides, climat, emploi… la PAC actuelle est gravement malade mais peut guérir 

• La PAC détermine de ce que nous mangeons, en subventionnant par exemple certaines cultures ou certains systèmes agricoles plutôt que d’autres. 
• La PAC impacte notre santé : en favorisant les systèmes agricoles intensifs en pesticides et en engrais de synthèse, elle peut entrainer de nombreuses pollutions de l’air ou de l’eau. 
• La PAC aggrave l’érosion de la biodiversité et le dérèglement climatique. Depuis de nombreuses années, les systèmes agricoles participent par leur intensification, à la destruction de notre biodiversité, support de toutes nos activités économiques et sociales (3). Rappelons que les pollinisateurs subissent de plein fouet l’utilisation des pesticides de synthèse. 80% des insectes auraient disparu en 30 ans en Europe… L’agriculture contribue à près de 20% aux émissions de GES en France.
• Enfin, la PAC actuelle est malade du fait de l’impact social qu’elle produit. En 60 ans, l’agriculture française a perdu 80 % de ses exploitations et plus de cinq millions d’emplois agricoles… un agriculteur se suicide tous les deux jours en France.

La bonne nouvelle c’est que l’outil PAC, en étant orienté dans le bon sens,  est une solution puissante pour répondre aux urgences climatiques, sociales et environnementales. Elle peut protéger l’environnement, les paysans et le climat par la mise en place de systèmes vertueux tels que l’agroécologie et l’agriculture biologique, qui savent entre autres se passer de pesticides de synthèse. La Politique Agricole Commune peut et doit être la solution numéro 1 pour favoriser les petites et moyennes fermes, soutenir le dynamisme des zones rurales et protéger l’environnement, le climat, la biodiversité et le bien-être animal.

 

Fermer En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies et notre Politique de Confidentialité. En savoir plus